h1

About

Il ne savait pas jusqu’alors qu’on pouvait se voir dans les yeux des autres ni qu’on pouvait  y voir des choses comme des soleils. Il était là dédoublé au fond de ces sombres puits, les cheveux si pâles, si maigre et étrange, l’enfant qu’il était. Comme s’il avait eu devant lui un enfant du même sang  que lui qui se serait perdu et réapparaissait maintenant à la vitre d’un autre monde  où le soleil rouge  n’en finissait pas de sombrer. Comme s’il s’était trouvé devant un labyrinthe où ces orphelins si proches de son coeur s’étaient égarés au cours de leur voyage dans la vie pour arriver enfin au-delà des murs de cet antique regard sans retour possible maintenant ni jamais.

Cormac Mac Carthy – Le grand passage

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :